MAIRIE DE NEBIAN
MAIRIE  DE  NEBIAN

       LA  SAGA  DES  GUILHEM

Samedi 25 janvier, l’association Histoire et Cultures en Languedoc a organisé dans le cadre des balades du Clermontais une conférence consacrée à la saga des Guilhem, comtes de Clermont et seigneurs de Montpellier. Cette conférence a eu lieu dans la salle des fêtes de Nébian.

 Maguy Chapot-Blanquet a d’abord évoqué les Guilhem, seigneurs de Montpellier, issus de la meilleure noblesse franque et proches de la famille des Carolingiens. Parmi eux on peut citer Renaud de Guilhem qui, las des tourments de la guerre et des intrigues de la cour, décide en 806 de se cloîtrer dans la vallée de Gellone : il y fonde une abbaye (aujourd’hui St Guilhem le Désert). Les Guilhem participent aux croisades, lient des alliances avec l’Aragon et la Castille.  Mais la croisade contre les Albigeois porte un coup fatal à ce lignage de grands seigneurs méridionaux. Finalement, en 1349, le seigneur de Montpellier donne sa ville à la France moyennant finances.

Au cours de son intervention, Pierre-Joan Bernard a montré que la famille des seigneurs de Montpellier est devenue de plus en plus puissante grâce à la richesse économique du bourg de Montpellier qui s’est développé à partir du XI° siècle, avec l’essor du commerce vers l’Italie, puis celui du commerce maritime. Au cours de son développement, Montpellier entre en concurrence avec Mauguio, et finit par prendre le pas sur cette dernière.

Enfin, Jean-Louis Lacroix a consacré son intervention aux seigneurs de Clermont-Lodève qui se sont succédé durant près de six cents ans dans le château féodal dont les ruines dominent la ville de Clermont-l’Hérault.  Le fondateur de la dynastie des Guilhem de Clermont est Bérenger Guilhem I° (1040-1106). Mais les seigneurs de Clermont-Lodève refusent obstinément de rendre l’hommage naturel qu’ils doivent à l’évêque de Lodève : lorsqu’en 1215 le roi Philippe Auguste ordonne à Aymeric II de rendre cet hommage, ce dernier se tourne vers le comte de Toulouse dès le début de la guerre contre les Albigeois, ce qui lui vaudra d’être excommunié. Par la suite, la famille des Guilhem de Clermont va profiter de nombreux mariages qui lui permettront de briller dans la société. Au cours du XVII° siècle, le château de Clermont a connu une période fastueuse : une chronique rapporte que la vie y ressemblait à celle d’une cour de roi. Mais la décadence a commencé : à la fin du XVII° siècle, sur les dix-huit villages qui étaient sous sa juridiction, seuls cinq restent encore : Nébian, Brignac, Canet, Mourèze et Salasc. La famille des Guilhem s’éteint en 1715 avec la mort du dernier d’entre eux, à l’âge de 10 ans.

 

 

 

 

 

     Causerie-débat : la vie quotidienne à Nébian au XIX° siècle

Ce samedi 21 septembre, à l’occasion des journées du patrimoine, l’association Histoire et Cultures en Languedoc a invité les Nébianais à un causerie-débat sur le thème de la vie quotidienne à Nébian au XIX° siècle. La causerie était animée par Jean-Louis Lacroix. Parti d’un manuscrit de 1855, il a décrit un cadre de vie qui a bien changé : ainsi le Rabieu coulait au pied des remparts, les rues étaient étroites, insalubres ; les maisons petites et serrées les unes contre les autres se plaçaient sous la protection de l’église en arborant une croix sur la façade ou une vierge dans une petite niche. D’ailleurs, l’église était présente en permanence et jouait un rôle important dans la vie de tous les jours.

Le travail quotidien a également été évoqué : en dehors de ceux qui travaillaient la terre il y avait aussi beaucoup de tisserands et bien sûr des artisans. Les distractions, les sujets d’amusement étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui et peuvent nous paraître bien simples. Les veillées rassemblaient plusieurs familles. Il y avait un seul café, où on jouait aux cartes les jours de repos ; mais d’autres lieux permettaient les rencontres et les discussions : on se retrouvait chez le maréchal-ferrant, à la distillerie, au moulin à huile, au lavoir... On jouait sur la place à des jeux de ballon et au tambourin. Pour le carnaval, on sortait le chavel Bayard, cousin deu poulain de Pézenas. Fin août, la fête locale préludait aux vendanges, avec le traditionnel bal animé par deux ou trois musiciens.

La vie des Nébianais était dure, bien différente de celle d’aujourd’hui, mais facilitée par un tissu relationnel qui a disparu peu à peu dans la seconde moitié du XX° siècle.

mairie/ouverture au public:

 - 8h30 à 12h30 du lundi au vendredi

 - 13h30 à 17h00 les lundi, mardi, jeudi et vendredi

 

 

cliquer sur ce lien pour accéder au site officiel de Ricote

www.ricote.es/ricote/

 

Les photos et les textes peuvent

être imprimés, mais uniquement

POUR UN USAGE INDIVIDUEL ET GRATUIT

Comment nous joindre

MAIRIE DE NEBIAN

Place Jean MOULIN

34800 NEBIAN

 

Téléphone : 04 67 96 10 83

Fax : 04 67 96 06 43

mairienebian@gmail.com

Horaires d'ouverture de la Mairie

Du lundi au vendredi :

8H30 à 12H00 -13H30 à 17H